Journal Algérien sur Internet

La FIFA rend hommage à l'ancien international algérien Djamel Zidane

Créer: 04/29/2017 - 12:33
Djamel Zidane

A l'occasion de son anniversaire le 28 avril, la FIFA revient sur la carrière de l'ancien international algérien Djamel Zidane. Bien avant l'éclosion d'un certain Zinédine, enfant chéri de la France, le peuple algérien admirait déjà «son» Zidane. Encore môme au début des années 1980, Zinédine lui-même rêvait d'imiter les percées de Djamel, son homonyme.

La comparaison entre ces deux magiciens du ballon rond ne s'arrête pas au patronyme. Les deux Kabyles d'origine étaient aussi habiles des deux pieds et disposaient d'un sens du but inné et d'une technique hors norme. Né à Alger en 1955, Djamel Zidane a passé neuf saisons à l'USM Alger. Il s'y est aguerri dans les catégories de jeunes jusqu'à ses débuts en professionnels en 1972, en deuxième division. Nasser Guedioura, ancien international algérien, son ami et coéquipier de l'époque, s'en souvient encore: «Nous avons gagné deux coupes d'Algérie juniors ensemble et avons contribué à l'accession du club en première division en 1973-1974». Auréolé d'un Prix du meilleur jeune footballeur algérien, Zidane quitte en 1976 le continent mère pour l'Europe.

Après diverses expériences dans des divisions inférieures en France et en Belgique, le meneur de jeu explose en première division belge et obtient même le titre de meilleur étranger du championnat. Il évoluera successivement au KV Courtrai (1980-1984) puis au KSV Waterschei (1984-87). Zidane totalise 15 sélections dont cinq lors des Coupes du monde d'Espagne en 1982 et au Mexique en 1986. Six ans après ses débuts sous le maillot vert et blanc, le 8 janvier 1975 en match amical contre l'Albanie (1-0), le retour de Zidane en sélection coïncide avec les années fastes du football algérien. Auteur de son premier but en Equipe nationale le 10 octobre 1981 à Lagos face au Nigeria (2-0), lors des qualifications pour Espagne 1982, il s'envole pour la Péninsule ibérique avec les Verts pour une participation historique du pays à la Coupe du monde 1982. Dans le Groupe 2, l'Algérie a hérité d'un gros morceau, la République fédérale d'Allemagne, présente sur le podium de trois des quatre précédentes éditions, de l'Autriche et du Chili. Le 16 juin 1982, pour les grands débuts de l'Algérie face à l'ogre allemand, les supporters donnaient peu d'espoir à leurs protégés. Pourtant à la 54e minute, sur une contre-attaque orchestrée par Zidane, Rabah Madjer pousse le ballon dans le but vide pour l'ouverture du score. Les Verts l'emportent finalement 2-1 pour ce qui restera comme l'une des plus grosses surprises de l'histoire de la compétition.

Rachid Mekhloufi, sélectionneur de l'époque, évoquait cet exploit avec FIFA: «C'était un groupe très talentueux, au jeu simple. Malheureusement, il y a eu un relâchement coupable après la victoire historique contre l'Allemagne. C'était comme si les joueurs avaient accompli leur mission après avoir battu la Mannschaft... C'est très dommage, car ils avaient le potentiel pour aller beaucoup plus loin». Zidane retrouve quatre ans plus tard les joies de la Coupe du monde au Mexique. Le 3 juin 1986, il démontre tout son talent à Guadalajara contre l'Irlande du Nord. Ses enchaînements sur le côté droit donnent le tournis à la défense irlandaise pendant 45 minutes. A la 59e minute, une puissante frappe du gauche de Zidane suite à une combinaison à trois sur un coup franc des 25 mètres, reste comme son unique but en Coupe du monde. Le 6 juin, c'est le Brésil de Careca et Socrates qui rencontre les pires difficultés à stopper les chevauchées de l'Algérien. Zidane se permet même une action digne d'un Auriverde, partant balle au pied de ses 25 mètres jusqu'aux 30 derniers mètres adverses, non sans avoir éliminé trois adversaires. Cependant, l'Algérie finira dernière du Groupe D avec un seul point et cette année 1986.

Depuis janvier 2006, une école de football à son nom a vu le jour à El Achour avec pour but d'éduquer les jeunes et, si le talent est là, former de futurs champions. «Notre objectif, c'est l'éducation et la formation des jeunes, créer un climat favorable basé sur un travail méthodique caractérisé par le développement harmonieux de tous les types de préparation constituant l'entraînement de l'athlète», affirme Farid Bahbouh, le directeur technique. «Et sortir des jeunes comme Zidane», conclut Youssef Lahlouh, son président.